NOS ANCÊTRES


L’enseignante Cristina Ferretto

À la fin du XIXème siècle, la Sicile commença à faire partie du Royaume d’Italie. Durant cette période, elle était principalement peuplée par des citadins analphabètes. L’unique langue parlée était le dialecte sicilien. C’est ainsi qu’en 1876, une jeune enseignante piémontaise vint en Sicile afin d’enseigner la langue italienne. Elle se rendit à Aci trezza ( à quelques minutes à pied de notre école et facilement joignable grâce au bord de mer piétonnier). Elle s’appelait Cristina Ferretto et elle avait seulement 17 ans. Elle tomba amoureuse de la Sicile, de ses habitants et de son style de
vie marin et passionné. De plus, c’est là qu’elle trouva l’amour. Pendant un bon nombre d’année, jusqu’en 1909, elle fut la seule enseignante pour filles du village, puisqu’autrefois les classes n’étaient pas mixtes. Quelques années après, pour des raisons financières, la Municipalité d’Aci trezza tenta d’interdire les classes pour filles, mais l’enseignante ne se laissa pas faire : elle défendit les droits de ses élèves et en 1913, et elle réussit même à obtenir le même salaire que ses collègues masculins, remportant ainsi sa bataille contre le Conseil Municipal! Et bien si nous devions choisir nos propres ancêtres, par esprit et par passion nous choisirions l’enseignante Cristina Ferretto, qui aujourd’hui aurait l’âge vénérable de 153 ans, c’est à dire presque le nombre d’années qui sont passées depuis l’Unité d’Italie.